Le Sabordage de Toulon

algerie-1.jpgLe Croiseur Algérie avant son sabordage ( Aquarelle P. Boucheix)

C'était il y a 70 ans

Voici 70 ans, la Flotte de Toulon se sabordait pour ne pas tomber aux mains des troupes nazies qui viennent d'envahir le sud de la France suite au débarquement des troupes Alliées en Afrique du Nord.

En ce 27 novembre 1942, les explosions et incendies font rage dans l'arsenal et la rade. Si l'Etat-Major allemand avait pris toutes les précautions pour tenter de faire main basse sur les navires de guerre français en gardiennage à Toulon, ils en seront pour leur frais car dans l'ensemble la grande majorité des unités se sabordera.


Certaines pourront toutefois s'échapper, tels les cinq sous-marins, l'Iris, Le Glorieux, Le Marsouin, La Vénus et le plus célèbre Le Casabianca commandé par le commandant l'Herminier. L'Iris sera internée à Barcelone, Le Glorieux et le Marsouin passent en AFN ainsi que Le Casabianca qui s'illustera lors de la libération de la Corse. Quant à La Vénus, bien qu'elle fasse partie des cinq ayant pu quitter l'arsenal du Morillon, sa cavale sera de courte durée car elle sera finalement sabordée en rade des vignettes.

casabianca-27-11-1942.jpgL'évasion du sous-marin Casabianca ( Aquarelle P. Boucheix)

Les cuirassés et croiseurs sont tous sabordé sur place et incendiés. Ils seront renfloués par les Italiens et allemands mais ne seront jamais remis en état sous les couleurs de l'occupant. Il n'en sera pas de même pour les plus petites unités, certaines n'ayant même pas pu être sabordées faute de personnel à bord.

L'urgence pour les allemands sera de remettre au travail le plus vite possible ces petites unités tels les remorqueurs de la Direction du Port et gabares afin qu'ils participent au renflouage et déblaiement des épaves encombrant les quais.

Bizarrement, les allemands délaisseront les unités de tonnage moyen tel les Contre-Torpilleurs et Torpilleurs, certains seront renfloués par les Italiens et transférés vers l'Italie où, après avoir été réarmé , ils subiront les attaques aériennes alliées et seront coulés à nouveau dans les ports les abritant, après être repassés, pour certains sous les couleurs nazies suite à l'armistice entre l'Italie et les Alliés.

Par la suite et pour le reste de la guerre, les épaves renflouées à Toulon seront, pour certaines démantelées et pour les autres échoué au cimetière marin de Brégaillon où là aussi elles subiront les bombardements Alliés.cette flotte de bateaux fantômes sera surnommée La Flotte symbolique.

Une petite pensée, en ce 27 novembre 2012, pour ces marins qui ont été contraint de saborder leur bâtiment !