LA FLOTTE SOUS-MARINE FRANCAISE DE 1939

La Flotte Sous-marine française de 1939

LA FLOTTE SOUS-MARINE

FRANCAISE DE 1939 

HISTORIQUE :

C'est Robert Fulton au début du 19ème siècle qui imagina le premier bateau sous-marin, le « Nautilus » qui fit sa première plongée le 13 juin 1800 à Paris.

Plusieurs ingénieurs français furent inspirés par les travaux de Fulton, et parmi les plus célèbres citons : Siméon, Bourgois, Brun, Dupuy de Lôme, Gustave Zédé et Laubeuf. Ce dernier fut l'inventeur de la double coque.

 

APRES LA PREMIERE GUERRE MONDIALE

A la fin des hostilités, notre Flotte Sous-Marine par manque d'entretien et de nombreuses heures de mer est fatiguée, voir usée.

 RECONSTRUCTION DE LA FLOTTE SOUS-MARINE

Sous l'impultion de Léon Roquebert, ingénieur au Génie Maritime, l'amirauté définie ses besoins et en 1939 la Flotte Sous-Marine est reconstituée et comprend : 

29 Sous-marins de haute-mer de 1500Tonnes dits de 1ère Classe.

9 Sous-marins de grande patrouille de 974 Tonnes dits de 2ème Classe.

32 Sous-Marins de défense côtière de 600 Tonnes.

6 Sous-Marins Mouilleurs de mines de 670 Tonnes.

1 Croiseur Sous-Marin de 2880 Tonnes. 

 

A ces chiffres s'ajoutent 25 bâtiments en commande ou en construction. Pour la construction de ces nombreux navires, outre les arsenaux, la Marine a eu recours à cinq chantiers privés, mais ces derniers ont pêchés par manque de standardisation tout en respectant toutefois le cahier des charges imposé par la Marine : vitesse en surface et en plongée, armements etc....

 ORGANISATION DE CETTE FLOTTE SOUS-MARINE

Elle se composait de la façon suivante :

La Division qui comprenait Trois ou quatre Sous-Marins.

L'Escadrille constituée de plusieurs divisions de deux à quatre.

La flottille qui regroupait au moins deux Escadrilles ;

Le Centre des Sous-Marins axé surtout sur la navigation sous-marine.

 

LA NUMEROTATION DES COQUES EN 1938

Constituée au miximum de trois chiffres, les deux premiers indiquant le numéro de la division et le troisième chiffre, le numéro d'ordre dans la Division.

 CONCLUSION

Après cette brève présentation de notre flotte Sous-Marine de 1939, quelques remarques s'imposent.

Nos submersibles souffraient de quelques fablesses et tout d'abord de la fiabilité des moteurs, des barres de plongée et des périscopes jugés par les Commandants trop fragiles. Toutefois, il faut mentionner que les équipages étaient bien formés et bien entrainés et paliaient à ces défauts de conception. Et puis certains Sous-Marins se sont bien comportés et illustrés durant la guerre comme par exemple le « Casabianca » et son célèbre Cdt l'Herminier qui après son évasion de toulon le 24 novembre 1942 prit une part très active lors du débarquement des troupes françaises en Corse ainsi que le « Rubis » et son Cdt Cabanier lors des nombruex mouillage de mines dans les Fiords deNorvège.Enfin, une mention particulière pour le Ministre Georges Leygues grand défenseur pour le renouveau de la Marine nationale. Soyons fiers de l'action de nos valeureux Sous-Mariniers durant le second conflit mondial.

                                                                                                                                                                       Guy Perrot

                                                                                                                               Membre de l'Amicale des Anciens Marins des Aéroports de l'Ile de France.